Sans titre

Le voyage, la déambulation, l’errance, les rencontres hasardeuses et poétiques, mais aussi la fuite, l’exode, sont autant des notions qui fondent le travail de Lina Jabbour.
Par des mises en scènes simples, intégrant des objets du quotidien, manufacturés ou réalisés par l’artiste, elle nous tisse un ensemble hétéroclite de regards sur le monde, souvent politique, parfois tragique, et parfois drôle. Dans le va-et-vient qu’elle opère entre l’intime et l’urbain, l’intérieur et l’extérieur, des matériaux souvent pauvres (le carton, le sac tati) alliés à des objets liés au voyage (la voiture, mais aussi le banc comme allégorie du repos après la promenade), Lina Jabbour explore inlassablement les territoires, familiers ou oniriques. Artiste d’origine libanaise, marquée par l’exode et le transit, son travail nous parle de la difficulté à s’ancrer dans un lieu, un pays, une culture. Le nomadisme évoqué dans ses pièces, souhaité ou contraint par des contingences extérieures, symbolise cette quête incessante et impossible à « embrasser l’espace ».


Travel, wandering, exploration, chance and/or poetic encounters, as well as fleeing and exodus, are some of the elements on which Lina Jabbour bases her work. Through simple staging and the integration of every day objects, (whether mass produced or made by the artist), she weaves together an eclectic collection of views of the world - often political, sometimes tragic or funny. Operating back and forth between intimate and urban, inside and outside, Jabbour often uses basic materials like cardboard or cheap shopping bags, that might end up evoking objects of travel (an automobile, or even a bench that becomes an allegory for rest after taking a walk). Lina Jabbour tirelessly explores familiar or dreamlike territories. Marked by the exodus and transit that accompanied her Lebanese origins, her work speaks of the difficulty of rooting oneself in a place, country or culture.The nomadism that is evoked in her works, whether wished for or forced by external contingency, symbolizes the incessant and impossible quest to “embrace space”.

Sandra Patron dans l'édition Anywhere out of the world - 2002
> Ligne de flottaison

> À l'horizon

> Études de tapis

> Transats

> Nuages de poussière

> Nichoir, nichoir

> L'étendue muette

> Variable cataclysmique

> L'enclos

> Still life with a skull

> Zone de crépuscule

> Quand vient le soir

> Isidore

> Les cracheuses

> Géométrie variables (suite)

> Géométrie variables

> Les hachures

> Les prédateurs

> Les métamorphoses

> Reg II

> Reg

> L'invasion par la masse

> Parasites et carnivores

> Cartes blanches

> Desolation land

> Anywhere out of the world

> Nothing to lose

> Un crocodile

> Barcelone

> Il fait beau et chaud

> Les résidentes

> Bloc 50 feuilles Uni


> Dessins en vrac

> Animations et vidéos

> Anciens travaux


> Commandes

> Projets collectifs


> Biographie

> Quelques textes


> Des liens




Liste par attributs | Edition | Administration | Login | 3/97029