Notices


Fenêtres

Le procédé de chaque fenêtre s’est fait en plusieurs étapes :
D’abord, l’élaboration de la trame au noir d’ivoire, point par point.
Ensuite, l’application d’une couleur dans les diagonales pour dessiner un mouvement global.
Puis, des successions de points colorés dans les interstices et ce qui semble devenir des interstices.

Des strates de couleurs pour créer des vibrations, de la profondeur, de la texture.

Une épaisseur du temps.

~

rouge Persan
vert d’eau
cyan
bleu indigo
magenta
vert céladon
jaune de Naples
terre d’Ombre brûlée

~

Les gestes répétitifs, mais perpétuellement différents, génèrent des variations.

De trames : resserrées, régulières, aérées, accidentées.
De teintes dominantes : ocre, bleu ou vert.
De ce qui semble être perçu : des lignes d’horizon, du textile, des prairies fleuries, des ciels orageux, des motifs…

Des variations de mes perceptions depuis la fenêtre de l’atelier.
De ces temps méditatifs et introspectifs.

Des temps de rêverie.

---

Écrans

Deux peintures indissociables sur deux épreuves numériques pigmentaires (deux trames identiques issues d’un dessin à
l’encre de chine sur papier millimétré) rehaussées à la gouache. D’abord un travail de couleur dans les diagonales pour
dessiner un mouvement global puis un travail au point dans les interstices et ce qui semble devenir des interstices. Trois
couleurs, rouge, vert, bleu, et le noir imprimé de la trame de fond.

Ce diptyque a été réalisé simultanément avec une autre série de gouaches, Fenêtres, pour l’exposition Variations à
Vidéochroniques, Marseille. Ce corpus de peintures affirme une disparition du figuré, l’objet principal de cette exposition
personnelle.

Écrans fait explicitement référence à l’objet qui rend l’image visible. Mais elle n’apparaît toujours pas. Les couleurs
créent une vibration, voire une luminescence ; la texture absorbe le regard et son grésillement devient hypnotique.
Deux variations, comme deux captures d’écran prises dans un temps resserré avec un encadrement leur conférant une
dimension objectale.

---

Trames (grésillements)

Cette série de dessins prend appui sur son support : le quadrillage. Un point est dessiné un carreau sur deux en décalage d’une
ligne à l’autre. Les couleurs, rouge, vert, bleu, circonscrites dans un espace prédéfini, alternent dans un soucis de composition
toutes les deux ou trois, cinq, sept lignes, etc…

Elle fait suite à une série intermédiaire sur formats A4, Trames (variations bleutées) renvoyant plus directement au tissu. Tandis
qu’ici, le choix des couleurs, RVB, renvoie explicitement aux écrans. C’est le geste, quasi-méditatif, qui fait dessin par sa régularité
et ses accidents pour générer une matière qui grésille, une image qui n’apparaît pas, une image disparue. Trois variations, trois
teintes dominantes différentes avec les trois mêmes couleurs d’un dessin à l’autre.

La répétition obsessionnelle du point trouble la compréhension de la technique opérée en regard de celle de l’imprimé. Un geste
mécanique où les distractions chemin faisant génèrent des nœuds, des accrocs et ramènent d’une certaine manière à la réalité.
Ils sont aussi un indice du manuel. Un autre indice reste visible, celui du support : la marge bistre cernant l’espace du quadrillage.

---

Neige RVB

Trois dessins indissociables sur trois épreuves numériques pigmentaires (trois trames identiques issues d’un dessin à l’encre de
chine sur papier millimétré) rehaussées au crayon de couleur. Trois couleurs au total : rouge, vert, bleu - et le noir imprimé de
la trame de fond.

Des indices permettent de comprendre la partie imprimée : des accidents de dessin qui se retrouvent aux mêmes endroits d’un
support à l’autre.

Ce triptyque a été réalisé pour l’exposition collective Formats raisins au musée ARTEUM de Châteauneuf le Rouge. Il est le point
de départ de la disparition du figuré et de l’image en latence, du travail autour de la trame et du point, des questionnements
mêlant le mécanique et le manuel.

Neige RVB est un feuilletage de trois dessins où le rouge, le vert et le bleu alternent en bichromie dans des compositions
identiques : la marge d’une couleur et le centre d’une autre. En triptyque, ils appellent le mental et l’œil à réunifier l’ensemble
et à imaginer des mélanges de couleurs possibles.

---

Études de tapis

Une série de dessins réalisée à partir d’une collecte d’images de tapis, principalement des kilims, des tapis berbères et des tapis
Art-Déco. Les images sélectionnées ont été retravaillées sur ordinateur : passage en noir et blanc, ajout de trames (point et ligne),
balance des blancs et des contrastes - puis imprimées au format du calque pour servir de modèle. La trame est dessinée d’un côté
à la mine noire, la couleur est appliquée de l’autre côté du calque au crayon de couleur.

Cette série de dessins a été réalisée pour Ligne de flottaison à la Galerie du 5ème, Marseille. Cette exposition personnelle réunissait
un ensemble de dessins évoquant le paysage, ou des éléments immatériels du paysage, en basculant graduellement vers une
abstraction des formes dont cette série fait partie.

La couleur, un camaïeu de bleu, évoque une radiographie, comme si l’on rentrait dans la matière, dans la trame du tapis. Le geste
du dessin renvoie, lui, à celui du tisserand, dans une temporalité du faire et où le motif se révèle au fur et à mesure de l’avancée
du travail. Quant au support translucide, en étant posé sur un fond blanc il créé une ambiguité sur la technique opérée et pose la
question de l’imprimé. Ainsi l’objet renvoie aussi à l’histoire du tapis comme en tant que premier procédé de reproductibilité d’une
image.

---

Partition silencieuse d’une tempête

Partition silencieuse d’une tempête est le hasard d’un moment capté lors d’un déplacement qui concernait tout autre chose à un
moment où la question de la trame devenait de plus en plus importante dans mon travail de dessin. Une sérendipité.
C’est le vent dans un arbre et la lumière qui le traverse. Ils se dessinent sur les murs de ma chambre à travers des stores. L’aspect
graphique déplace l’instant et renvoie à des ondulations hypnotisantes. À des trames en mouvement dans une ambiance feutrée où
il est encore question de souffle et d’immatérialité.

---

Castle Bravo

Castle Bravo est une suite de neuf dessins réalisée à partir de neuf captures d’écran issus d’une vidéo d’un essai nucléaire américain
sur l’Atoll de Bikini en 1954. Les images, tramées et passées en noir et blanc, ont servi de modèles.
Elle incarne le début de la disparition du motif dans mon travail. Le sujet, l’explosion, et l’objet, la disparition, sont intrinsèquement
liés par les outils et les supports choisis, tout comme par les gestes opérés. La mine graphite et le calque végétal ont une certaine
volatilité et fragilité. Le tramage, quant à lui permet de revenir à l’essence même de la pratique du dessin : la ligne.

---

Tempête orange

Ce triptyque a été réalisé simultanément avec Castle Bravo pour l’exposition Nuages de poussière/i au VOG, centre d’art contemporain
de Fontaine, en 2013.

Le souffle et ce qui reste de la disparition, la poussière, étaient au cœur de cette exposition personnelle. Aussi, le cheminement dans
l’espace générait des va-et-vient entre des supports, une couleur et des trames, à des échelles différentes. Les calques de Castle Bravo
dialoguaient avec ceux disposés sur les fenêtres pour diffuser la lumière d’un plein hiver sous la neige. Le sol vinylique orange au pied
d’Océan Pacifique et son incidence colorée renvoyait à celui de Tempête orange. Les trames, quant à elles, se répondaient les unes
aux autres avec des outils volatiles : du fusain, de la poudre de graphite, du crayon de couleur, dans l’immersion ou l’intimité.

Dans Tempête orange le paysage est légèrement perceptible. Il se distingue à travers une multitude de strates de couleurs qui marquent
un geste, une temporalité du faire et figent un phénomène impalpable, une tempête de sable.
Le triptyque forme un fragment de récit tel un souvenir qui tente de réapparaître.
EXPOSITIONS PERSONNELLES

Variations

11h42

Ligne de flottaison

Nuages de poussière

Variable cataclysmique

L'enclos

Still life with a skull

Zone de crépuscule

Isidore

Reg II

Parasites et carnivores



DESSINS, PEINTURES, ÉDITIONS

Fenêtres et Écrans

Trames

Études de tapis

À l'horizon

Tempête orange

Castle Bravo

Les nuages

2011 et avant



Biographie

Quelques textes



AUTRES

Nichoir, nichoir

Un crocodile

Anciens travaux







Edition

Administration

Liste par attributs

Login



43/110675